À seulement 23 ans, le violoncelliste français Aurélien Pascal suscite l’attention internationale pour sa « virtuosité sans pareille et sa musicalité intuitive » (The Strad).

Lauréat de plusieurs prestigieux concours internationaux, il a notamment remporté  le deuxième prix au Concours Helsinki en 2013 ainsi que le Grand Prix, Prix du public, et meilleure performance d’un Concerto de Toch à la Emanuel Feuermann Competition 2014. Ses récents succès, à l’instar de sa quatrième place au Concours Reine Elisabeth, où il était le plus jeune finaliste, confirment qu’il est l’un des plus brillants représentants de sa génération.
Aurélien se produit régulièrement en soliste avec de grands orchestres à travers l’Europe, notamment avec l’orchestre Tchaïkovski de Moscou, le Deutsche Radio Philharmonie Saarbrücken,  l’orchestre symphonique de Nuremberg, le Kammerakademie de Potsdam, le Tapiola Sinfonietta, l’Orchestre National des Pays de la Loire, l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, l’orchestre symphonique de Barcelone aux côtés de chefs tels que Vladimir Fedoseyev, John Storgårds, Pascal Rophé, Christoph Poppen, Clemens Schuldt, Augustin Dumay. Fréquemment invité en Asie, il a joué avec l’Orchestre Symphonique d’Hiroshima, du Kansai, l’orchestre philharmonique du Kansai ainsi qu’avec le Hong Kong Sinfonietta, dont il a participé à de nombreux concerts de leur tournée à Hong-Kong et en Europe en 2017.

Parmi les temps forts de la saison 2017-2018 figurent ses débuts avec l’Orchestre Symphonique de Taipei et Gilbert Varga, l’orchestre philharmonique de Staat Transilvania aux côtés d’Andrei Feher, ses débuts avec l’orchestre de chambre de Zurich et l’orchestre philharmonique de Hangzhou dirigé par Okko Kamu.

 

En récital, on a pu l’entendre dans les festivals les plus prestigieux tels que Verbier, Colmar, Prades, Schloss Elmau, les Flâneries de Reims, La Folle Journée de Nantes et du Japon, le Festival de Radio-France à Montpellier, les Beethovenfest de Bonn et les Rencontres Musicales d’Evian avec des partenaires comme le Quatuor Modigliani, Pavel Kolesnikov, Christian Tetzlaff, Augustin Dumay, András Schiff, Eric Le Sage,  Ben Kim, Paloma Kouider et Emmanuel Pahud. Il forme également un trio à cordes avec Adrien La Marca et Liya Petrova. Il s’est vu décerner  le « Prix du public » au festival Mecklenbug Vorpommern en 2015, où il est depuis fréquemment réinvité. Ses projets l’ont conduit en des salles prestigieuses parmi lesquelles les auditoriums du Musée du Louvre et du Musée d’Orsay, la Salle Gaveau, le Théâtre de la Ville à Paris, ainsi que dans la salle de concert mobile du festival ARK NOVA/Lucerne Festival au Japon.

 

Lauréat des fondations Banque Populaire et Colas, Aurélien Pascal a rejoint en 2015 le programme de soutien pour jeune soliste de la fondation Orpheum qui l’a invité, suite à ses débuts avec Vladimir Fedoseyev à la Tonhalle de Zürich, à enregistrer chez Sony Classical le concerto de Franz Danzi avec l’Orchestre de Chambre de Munich et Howard Griffiths. Ce disque, sorti début janvier 2018, vient compléter sa discographie, comportant le Trio de Ravel avec Denis Pascal et Svetlin Roussev, ainsi que le Sextet de Brahms avec Augustin Dumay, Henri Demarquette et Miguel da Silva.

Né en 1994 dans une famille de musiciens, Aurélien Pascal a étudié au CNSMDP auprès de Philippe Müller et a pu bénéficier de master classes du légendaire János Starker à Paris, Bâle et Bloomington. Il se perfectionne actuellement auprès de Frans Helmerson et Gary Hoffman à l’Académie Kronberg en Allemagne. Aurélien joue un violoncelle français Charles-Adolphe Gand de 1850.